Née à Saint-Lambert en 1948, Arlette Cousture a pratiqué plusieurs métiers avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Elle a été animatrice pour différents magazines culturels, recherchiste, journaliste et même relationniste.

Son premier ouvrage paraît chez Libre Expression en 1982. Intitulé Aussi vrai qu’il y a du soleil derrière les nuages, il s’agit d’une biographie émouvante retraçant le combat exemplaire de Claude Saint-Jean contre cette maladie, alors peu connue, qu’est l’ataxie de Friedreich.

C’est en 1985 qu’est publié le premier tome de la série Les Filles de Caleb – Le chant du coq. Le deuxième, Le cri de l’oie blanche, sort à peine un an plus tard. En 1995, les deux premiers tomes sont réédités aux Éditions Libre Expression. Le dernier volet de la trilogie, L’abandon de la mésange, paraît en 2003. Au Québec, en France et dans les autres pays de la francophonie, les trois tomes des Filles de Caleb ont été publiés à plusieurs millions d’exemplaires. Cette œuvre a été adaptée à la télévision au début des années 1990 et, plus récemment, en comédie musicale. En 2010, pour souligner les vingt-cinq ans de la série, les trois tomes sont réédités aux Éditions Libre Expression.

La série Ces enfants d’ailleurs a également marqué une génération de lecteurs. Le premier tome, Même les oiseaux se sont tus, paraît en 1992 chez Libre Expression, suivi du second, L’envol des tourterelles, en 1995. Cette série a fait l’objet d’une adaptation télévisée en 1997.

Arlette Cousture est également l’auteure de J’aurais voulu vous dire William (1998), de Tout là-bas (2003) et de Depuis la fenêtre de mes cinq ans (2008). En 2012, elle revient en force avec le roman historique Petals’ Pub, toujours chez Libre Expression.

En plus d’avoir été couronnée Personnalité littéraire de l’année en 1987, Arlette Cousture a été présidente et invitée d’honneur à différents salons du livre. Elle a aussi remporté plusieurs prix et distinctions pour ses œuvres, dont le Prix du public du Salon du livre de Montréal à deux occasions. Elle a été reçue officier de l’Ordre du Canada en 1998, chevalier de l’Ordre national du Québec en 2012 et est récipiendaire de l’Ordre de la Pléiade en 2004.

L’auteure s’implique activement depuis plusieurs années pour la sensibilisation à la sclérose en plaques et pour la défense des enfants avec des handicaps intellectuels.

Arlette Cousture a écrit le premier tome de sa série Les Filles de Caleb en 1985. Depuis, son œuvre a séduit des centaines de milliers de lecteurs de par le monde. Aujourd’hui, ce sont ses personnages qui lui écrivent.

Arlette Cousture, novelist with a Bachelor of Arts from collège Sainte-Marie and education in cultural and theatre activities from the Université du Québec à Montréal, Arlette Cousture practised various professions before devoting herself to writing. . The first two volumes of Les Filles de Caleb (Le Chant du coq and Le Cri de l’oie blanche) appeared respectively in 1985 and 1986 for Éditions Québec-Amérique. . Les Filles de Caleb received several honours including First Prize from Communication-Jeunesse and the Prix du public from the Salon du Livre de Montréal (1987). Arlette Cousture was named literary personality of the year in 1987.

Another family saga entitled Ces Enfants d’ailleurs (vol 1, 1993; vol 2, 1995) portrays the integration to Canada of a Polish family during the Second World War. This novel won the Journal de Montréal Readers’ Grand Prize (1995). Finally, J’aurais voulu vous dire William (Libre Expression, 1998), a novel of an entirely different construction, is quite an ambitious work. It is a more intimate story that proposes an incursion into the world of madness. Arlette Cousture has moreover, on several occasions, chosen to use her popularity for noble causes such as public awareness of multiple sclerosis and handicapped children. She is on the board of directors of “Fonds Émilie Bordeleau” at the Université de Montréal. For her activity in promoting education she has received le Prix d’honneur from the Alliance des professeures et professeurs de Montréal. (Canadian Encyclopedia)